Les Structures et Formes

Les structures sont les différentes particularités physique de la plume dont la transmission héréditaire est beaucoup plus fixe que les marques.

----- STRUCTURES & FORMES : GENES RECESSIFS -----

--> La Cravate

 

La cravate est une rangée de petites plumes qui poussent de chaque côté d'une ligne le long de la gorge. Ces plumes poussent à l'opposé des autres plumes de la gorge.
Ce caractère est lié à un gène autosome récessif de symbole : fr
Il arrive que certains sujets issus d'un couple de cravatés naissent sans cravate. C'est en fait une erreur de la nature, car génétiquement ils sont cravatés et ne redonneront pas forcemment ce type de défaut. Mais, ce genre de sujet est le mieux placé pour reproduire ce type de défaut qui se reproduit assez souvent sur les même lignés.

--> Structure du Cravaté chinois

 

La structure spécifique du cravaté chinois qui n'a rien à voir avec la cravate d'un cravaté. Elle est dirigée par un gène autosome récessif de symbole : ofr .
Cette structure est composée de plusieurs parties :
- le collier, composé de plumes remontant de chaque coté du cou jusqu'aux yeux et se termine à l'arrière du cou par la crinière
- il y a le coussin supérieur, composé de toute les plumes qui remontent vers le haut
- le coussin inférieur qui lui est composé de plumes qui descendent. Coussins supérieur et inférieur sont séparés par une raie.
- enfin, se trouvent les plumets qui sont deux touffes de plumes situées au-dessus des pattes qui poussent à l'opposé.

Accouplé avec un pigeon qui ne possède pas ce type de structure, elle va disparaître, les jeunes hybrides réaccouplés ensembles vont produire 25% de sujets avec la structure du Cravaté chinois, évidemment moins développée que sur un Cravaté chinois bien sélectionné.

 Le Chorrera possède la même structure que le Cravaté chinois et possède en plus deux rosaces de plumes de chaque côté des épaules. Ceci est une continuité de la structure du Cravaté chinois, car le Cravaté chinois possède aussi quelques plumes comme ça au niveau des épaules qui n'est pas souhaité dans le standard. La sélection se fait donc de manière à ce qu'il y ait le moins possible de ces plumes sur les épaules. On dit que ces rosaces sont une réserve de structure.

--> Les Huppes, Coquilles et Rosettes

La huppe et la coquille sont génétiquement considérées comme la même chose, bien que visuellement les deux n'ont rien à voir, et encore plus dans certains cas extrêmes comme nous allons le voir.
Les huppes et coquilles sont gérées par un gène autosome récessif de symbole : cr .

Ici une huppe classique, petite touffe de plumes redressées en pointe à l'arrière de la tête, sur un Bouvreuil allemand cuivré à manteau noi et vol blanc.

La coquille est elle composée de plusieurs rangées de petites plumes implantées sur la nuque et se redressant derrière la tête en formant un arc de cercle. Elle peut néanmoins se présenter sous plusieurs formes

La coquille se termine assez souvent de chaque côté, au dessus de l’oreille, par un rayonnement de fines plumes autour d’un axe central appelé : la rosette. Comme ici sur ce Sottobanca Italien avec une coquille droite.

La coquille peut aussi parfois se présenter dans le cas extrême du Tambour de Boukharie, en quasi-cercle complet, c'est-à-dire que les deux bords de la coquille se rejoignent presque au niveau du bec. On voit très bien sur ce spécimen la coquille qui entoure la visière se rejoignant presque au niveau du bec.

Ensuite, la coquille peut se présenter sous des formes beaucoup plus stupéfiantes grâce à la sélection de l’homme, et dans ce cas on ne parle plus de coquille mais d’une vraie structure.
Sur le Capucin hollandais ci-dessous par exemple qui présente une petite capuche remontant assez haut au dessus de la tête, se terminant sur le haut de la poitrine sans se rejoindre. Cette capuche se poursuit sans interruption jusque dans le cou où se forme la crinière. Cette structure démarre à partir d'un point central au niveau du cou, d'où les plumes rayonnent, c'est la rose.

Enfin le cas extrême de structure est celle du capucin, avec une grande capuche très longue, qui vue de profil forme un rond.
Les plumes rayonnent tout autour d’un point central au niveau du cou (la rose), se rejoignent en haut pour former le sommet et le capuchon. Les plumes qui se rejoignent à l’arrière forment la crinière, et celles à l’avant forment le collier. Le collier ne doit pas être trop ouvert ni trop fermé. Toutes les plumes de la structure forment un tous homogène.

--> La Visière

La visière est une touffe de plumes placées sur le front, de façon circulaire autours d’un point central, et retombant plus ou moins sur le bec, et recouvrant parfois les yeux.
La visière est un gène autosome récessif de symbole : ros.
Elle peut comme beaucoup de structures se présenter sous différents aspects.

 

----- STRUCTURES & FORMES : GENES DOMINANTS -----

--> Le Chaussé

Le facteur chaussé a pour caractéristique d'emplumer les pattes. Ceci s'exprime de différente manière comme nous allons le voir après.
Le gène responsable des chausses est un gène autosome considéré comme dominant de symbole : H . Mais ce gène est imparfaitement dominant ou pas tout à fait récessif suivant les avis, car un sujet pattu accouplé à un sujet à pattes lisses donne un intermédiaire. Nous le considérons malgré tout comme diminant car une modification est perçue par ce type d'accouplement.
Il y a différent types d'emplumement des pattes, tous issus d'une sélection spécifique.

Sur ce Cravaté Vizor ci-dessous, le type d'emplumement des pattes est appelé bottes, on dit qu'un pigeon est botté lorsque les les métatarses sont recouvert par de fines plumes, les doigts eux restent nus.

Sur ce Cravaté oriental "blondinette", le type d'emplumement des pattes est appelé chausses. On dit qu'un pigeon est chaussé lorsque les métatarses et les doigts sont recouverts de fines plumes.

Sur ce Lahore, l'emplumement est aussi des chausses, mais la sélection de la longueur de l'emplumement est un peu plus poussé. Les plumes assez longues et raides au niveau de la partie supérieure de la cuisse sont appelées manchettes .

Ici sur ce Tambour anglais, la sélection de l'emplumement des pattes est poussé à l'extrême. L'ensemble des plumes des métatarses s'étendent en éventail et les plumes sont quasiment aussi longues que des rémiges des ailes. On appelle ce type d'emplumement pantoufles. On appelle les races ayant un tel emplumement des races "pattues".

--> Le Frisé

Le frisé est un caractère qui donne à la plume un aspect frisé, il est lié à un gène autosome dominant de symbole : Cu
L'aspect de frisure peut aller d'une simple ondulation de la plume, à la grosse boucle.

Sur ce Frisé syrien, la plume est tout juste ondulée sur le bouclier de l'aile, c'est la forme de base que donne ce gène.

Par contre, ici sur ce Frisé, le facteur frisé a été sélectionné à l'extrême pour donner de grosses boucles sur le bouclier et même uneforte ondulation de la plume sur la queue et les rémiges.

--> Le "Plumes de soie"

Le facteur plume de soie a pour effet d'éliminer les barbules des plumes et donc d'éliminer l'imperméabilité de la plume, ce qui lui donne un aspect doux et soyeux comme de la soie.
Ce caractère est lié à un gène autosome dominant de symbole : L. Contrairement au Pigeon, chez sa cousine la Tourterelle, le facteur soie est récessif.
Les sujets affectés par le caractère plume de soie sont plus fragiles du fait de la non imperméabilité de leur plumes, ils sont très sensibles aux courants d'airs et aux intempéries.

Le facteur soie se rencontre principalement chez le fantail (queue de paon) comme ci dessus, c'est aussi dans cette race où il peut s'exprimer au mieux du fait de sa queue en éventail. Autrement il n'y a pas grand intérêt dans les autres races.

--> La Touffe nasale

La touffe nasale est une touffe de plumes située sur le bas du front juste au dessus du bec, et remontant en pointe.
Il est commandé par un gène autosome dominant de symbole : Nt .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site